Plus de mise à jour Android pour Huawei ?

Suite aux directives américaines interdisant à toute entreprise de travailler et commercer avec Huawei, Google pourrait arrêter le support d’Android sur les smartphones Huawei précédent le P40, P40 Pro.

Décidément, la corde qu’a mise Donald Trump autour du cou de Huawei se serre de plus en plus. Ainsi, Google pourrait faire tomber sa licence provisoire qui permet à Huawei d’utiliser ses services (les Google Services, Maps, Gmail…).

Ce serait donc tous les Flagship de la marque comme le P10, P20, P30 PRO, mais aussi les versions Lite qui seront impactées.

Pas de panique rien n’est supprimé !

Effectivement, si Google n’a plus le droit de fournir ses licences et ses mises à jour, cela ne signifie pas pour autant que les services seront supprimés. Ainsi, vous pourrez toujours utiliser votre Gmail, Google Maps, votre application bancaire qui nécessite l’API de Google sur votre P30 PRO.

Seulement, le téléphone ne sera plus mis à jour par Google. Bien sûr, on peut surement compter sur Huawei pour développer ses propres mises à jour pour ces appareils.

Un coup dur tout de même pour la marque, car cela pourrait inciter les utilisateurs à changer de smartphone. Ou au nouveau client de ne pas prendre un smartphone Huawei.

Contre attaque Huawei ?

Mais que va faire Huawei, difficile à dire. On sait que la marque sur ses nouveaux smartphones travaille déjà avec un Android open source, et son APP Gallery et ses services HMS tournent à plein rendement pour satisfaire l’occident et ses utilisateurs.

En effet, la suppression des services Google n’a pour ainsi dire aucun impact sur les utilisateurs chinois. Et ceux d’autres pays d’Asie.

On pourrait donc supposer que Huawei proposera ses propres mises à jour système. Notamment, après avoir décortiqué systématiquement celle de Google. Mises à jour installées par exemple sur une marque concurrente avec laquelle Google peut commercer.

Reste malgré tout que cela met un coup en plus à Huawei. Huawei qui demande encore et toujours que les Américains apportent la preuve de leur accusation. À savoir, le fait que les équipements Huawei soient des « espions » à la solde du gouvernement chinois.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.