Test : Samsung Galaxy A9 (2018)

Test / Utilisation.

Matériel utilisé.

  • Le Galaxy A9

Mesures.

  • Photos
  • WiFi
  • Benchmark Synthétique
  • Autonomie

Utilisation.

Le téléphone en main, la première chose que j’ai bien évidemment voulu tester était la fonctionnalité tant mise en avant par Samsung à savoir le quadruple appareil photo.
J’ai effectué plusieures prises à savoir en intérieur avec éclairage, sans éclairage, dehors avec et sans effet Bokeh (effet de style mettant en avant un sujet et en floutant l’arrière plan) et photo de façon générale.
Le quadruple appareil photo, pourquoi faire ?
C’est tout simple, un des capteurs est fait pour le grand angle (24 Mpix, f/1.7), un téléobjectif qui permet un zoom optique x2 (10 Mpix, f/2,4), un ultra grand angle couvrant jusqu’à 120 degrés (8 Mpix, f/2.4) et un capteur de profondeur de champs pour améliorer l’effet Bokeh (5 Mpix, f/2.2).
On en a donc pour tous les goûts et tous sont censés se mêler les uns aux autres pour donner un superbe effet à vos photos.
Qu’en est t’il en réalité ?
Je vais être honnête, je n’ai pas constaté de différence flagrante avec mon Galaxy S9 en utilisation classique.. cela était même pire…
Le A9 fait de très bonnes photos, pas spécialement top en basse luminosité (énormément de bruit) mais dans la moyenne..
Même constat pour l’appareil frontal qui en basse luminosité lisse complètement la photo donnant un aspect franchement pas joli à voir.
Pour ma part, ces 4 appareils photos sont plus marketing que réelle utilité.

Concernant l’écran de 6.3 pouces en FULL HD +, il est magnifique comme d’habitude chez Samsung.
L’Amoled fait toujours des miracles la dalle malgré sa grande taille (difficile pour les petites mains), offre un effet WAW pour ce qui est du rendu des couleurs et du confort à l’utilisation.
Je n’ai rien à redire concernant celui-ci bien du contraire (même si certains diront toujours que c’est trop flashy, cela reste une question de goûts).

Pour la partie audio, on est sur du mono autant mieux dire, ça sature vite et c’est assez criard.
On est ici sur un appareil milieu de gamme et il ne faut pas s’attendre à des miracles, l’utilisation d’un casque ou des écouteurs sera plus qu’indispensable si vous voulez être plongé dans de bonnes conditions.

Niveau autonomie, l’appareil est bon.
Déjà il est compatible avec la recharge rapide donc en même pas une demi-heure, le téléphone est chargé à plus de la moitié et avec une utilisation assez poussée, j’ai su le faire tenir la journée entière (à savoir 4G en permanence, réseaux sociaux, appels et bluetooth).
Si vous êtes moins assidu, l’appareil pourra tenir jusqu’à 2 jours sans devoir passer par la case recharge.
Un bon élève, dommage qu’il ne soit pas compatible avec la recharge sans fil.

Point de vue performance, pas de processeur maison à savoir l’Exynos mais bien un Qualcomm SnapDragon 660 épaulé de 6GB de RAM et 128GB de stockage dans la version testée.
Tout est fluide (on est sur Android 8 à l’heure actuelle) et je n’ai pas remarqué de lag ni autre dans l’interface.
J’ai testé quelques jeux et ça passe avec les paramètres au minimum sans chauffe de l’appareil.
Ne vous attendez pas donc à pouvoir faire tourner les jeux les plus gourmands en ultra haute qualité.
En test synthétique, l’appareil atteint les 140000 points sous Antutu ce qui l’amène entre un Galaxy S6 et S7… (cela reste du synthétique et pas spécialement représentatif d’une utilisation journalière mais donne une idée des performances globale de l’ensemble CPU/GPU/RAM).

Soyez le premier à laisser un commentaire commenter "Test : Samsung Galaxy A9 (2018)"

Laisser un commentaire