66% du marché du smartphone indien est détenu par les Chinois.

india smartphone

Le cabinet d’étude Counterpoint Research, basé à Hong Kong vient de dresser une analyse du marché indien.  Ainsi, on apprend que le marché « est détenu » à 66% par les constructeurs de smartphones Asiatique. En effet, outre Xiaomi, Oppo et Vivo affichent des chiffres en forte hausse.

Alors que chez nous en Europe, seul Huawei parvient à sortir du lot, le marché est différent en Inde. En effet, dans cette partie du monde, les leaders du marché ne se nomment pas Apple, Samsung ou Huawei, mais bien Xiaomi ou OPPO.

Une aubaine pour les constructeurs chinois quand on sait que le marché indien représente à lui seul une population de 1,3 milliard d’habitants. Par ailleurs, le taux de pénétration des smartphones est relativement faible. En effet, contrairement aux différents pays d’Europe, le taux de pénétration en Inde du smartphone n’est que de 36% (pour 2018). Soit à peine 1 personne sur trois.

De plus, selon les études faites sur la croissance de ce marché, il devrait atteindre 60% en 2022. Vous avez sorti vos calculettes ? Oui cela nous fait un marché qui devrait doubler dans les trois ans.

L’inde futur eldorado du smartphone ?

Du coup, l’Inde représente une opportunité importante pour les constructeurs de smartphone.

Xiaomi a délogé Samsung de la première place sur le marché indien des smartphones l’an dernier, et des fabricants chinois tels que Vivo, Oppo et Transsion ont occupé quatre des cinq premières places des marques de smartphones.

Collectivement, les fabricants chinois de smartphones ont contrôlé plus de la moitié du marché au premier trimestre. Cela est dû notamment à des volumes de ventes qui ont augmenté notamment chez OPPO et Vivo.  En effet ces deux constructeurs ont pris respectivement 29% et 119% de part de marché.

Du coup, cela a permis de hisser les constructeurs chinois à la tête du marché indien.

 

Soyez le premier à laisser un commentaire commenter "66% du marché du smartphone indien est détenu par les Chinois."

Laisser un commentaire